Fontaine du Signal

Le tout début de la rue du Signal et la fontaine qui se trouve à l’angle de deux immeubles contigus ne prêtent pas vraiment à la contemplation, même si une large banderole indique que c’est d’ici que l’on prend le chemin menant à l’exposition « Bex & Arts ».

A quelques mètres de ce bassin, il y a le trafic dans les deux sens de la Rue centrale avec les passages réguliers des rames des TPC, les transports publics du Chablais, aujourd'hui au milieu de la chaussée, de nombreux commerces aussi, deux petits parkings tout proches, la BCV, et bien-sûr juste de l’autre côté de la route, l’Hôtel de Ville de Bex, ses belles arcades, son restaurant de classe, sa splendide terrasse et ses salles de réunion dont celle du Conseil communal.

Ce quartier est donc bien encombré, mais il faut savoir qu’il l’a toujours été, et cela dès le 18e siècle notamment.

Quelle histoire, cet Hôtel de Ville, lors de sa construction entre 1746 et 1749 ! Il faut dire que depuis le début du 18e siècle, la bourgade de Bex, encore sous la tutelle de Berne, était devenue très florissante et attirait de nombreux marchands. La révocation de l’Edit de Nantes était passée par là et nombreux furent les protestants français à venir s’établir dans ce qui deviendra le canton de Vaud. Les échanges se pratiquaient surtout à l’ancienne Place de l’Orme où se trouvaient les bâtiments de la maison de ville comportant également des halles et une boucherie.

C’est à cet endroit que sera construit le nouvel Hôtel de Ville pour répondre aux besoins de l’époque. Mais cette réalisation divisa l’opinion et provoqua même un « véritable scandale » dans la localité, si l’on en croit les propos de l’ancien directeur des écoles René-Albert Houriet, dans son célèbre ouvrage « Bex, du régime bernois à la révolution vaudoise ».*

Mais tout ne disparut pas d’un coup. Exemple : les abattoirs communaux resteront dans ce coin, de l’autre côté de la route, jusqu’en 1834, année où l’ordre fut donné de les déplacer au bord de la rivière de l’Avançon.

Par la suite, ce sont des commerces qui s’installeront dans ce quartier de l’Hôtel de Ville de Bex, la Banque Cantonale Vaudoise notamment, en 1983, qui succédait à la fameuse boulangerie Morier. Juste à côté, la quincaillerie de feu Gérald Fleuti a été le dernier commerce du genre jusqu’au début de ce siècle.

* Voir la bibliographie à la fin de la dernière étape.