Visites - Flâneries dans le village de Bex

Bex

Une balade de 45 minutes dans le bourg de Bex à la découverte de l'histoire et d'anecdotes captivantes.

En remontant l’avenue de la Gare, le promeneur au regard éveillé remarquera une multitude de bâtiments du début du 20e siècle aux aspects bien différents. S’y côtoient en effet des maisons tributaires de l’Art nouveau, du Heimatstil ou du style cottage qui apportent beaucoup de variété et de diversité au tissu urbain, ce qui en fait un exemple unique dans le Chablais. Mais quelle mouche a donc piqué les Bellerins de cette période ? Ce parcours invite le promeneur à découvrir certaines facettes architecturales de la localité, du temps où elle s’appelait encore Bex-les-Bains et attirait un public de touristes cosmopolites. La visite se poursuit dans le bourg et ses alentours pour aller à la rencontre de bâtiments plus anciens, liés pour certains au passé bernois de Bex et de ses salines.

Un petit historique de Bex.
Les environs de Bex ont été occupés de façon temporaire durant l’époque néolithique (dès 3000 av. J.-C.) et à l’âge du bronze (vers 1500-800 av. J.-C.). Dès la fin du 1er s. av. J.-C., le site de Bex est habité de façon permanente, car il se situait le long de l’axe de transit important qui conduisait de l’Italie à la Gaule par le col du Grand-St-Bernard et le lac Léman ; une villa romaine y a probablement été construite. A la suite des Romains, les Burgondes s’y installent (5e-6e siècles), bientôt chassés par les Francs.
Entre l’an 600 et l’an 1000, le site est provisoirement délaissé au profit de petits hameaux mieux protégés, établis sur les pentes des montagnes voisines (au pâturage des Monts notamment). Le site est réoccupé dès le 12e siècle : le premier document connu mentionnant Bex (écrit « Baiz ») date de 1138.

Petit village dépendant des ducs de Savoie jusqu'en 1498, Bex passe alors sous domination bernoise, puis adopte la Réforme protestante en 1528. Au 18e siècle, il est célèbre pour ses foires. Actif lors de la Révolution vaudoise de 1798, il est gravement appauvri par les troubles militaires qui agitent le Chablais et le Bas-Valais entre 1798 et 1805.
Il se développe rapidement dès 1820 grâce à la découverte de sources thermales et à la création d'établissements de bains et d'hôtels qui attirent de nombreux curistes étrangers fortunés. Cet essor touristique est freiné par la Première guerre mondiale mais reprend, dans une proportion plus modeste, entre 1920 et 1939. A partir des années 1940, la bourgade s'est développée, stimulée par la présence de quelques industries locales et d'internats assez réputés. Elle connaît une forte progression démographique depuis une décennie .

INFORMATION

Office du Tourisme de Bex
Avenue de la Gare 68
1880 Bex

Tél: +41 24 463 30 80
info@bex-tourisme.chwww.bex-tourisme.ch

Données techniques

Point de départ
Bex
Distance
3 km
Durée
45 min.
Dénivelé positif
60 mètres
Dénivelé négatif
45 mètres
Difficulté
Facile

Sur votre route

Le café de la Gare

Le café de la Gare

Bex

Ce café possède une particularité: ses murs sont ornés de petites aquarelles d'un peintre bellerin, Aimé-Félix Nicollerat (1876-1946).

La Villa Dufour

La Villa Dufour

Bex

Construite en 1908 par Henri Dufour, un cadre de la Société des Forces Motrices de l'Avançon, dont les bureaux sont actuellement situés de l'autre côté de la route.

La Villa du Chêne

La Villa du Chêne

Bex

Construite en 1909 au bénéfice de Joseph Dupont-Dupont (1872-1922), entrepreneur en génie civil engagé dans le chantier du tunnel du Simplon, cette imposante villa détonne dans le paysage de l’avenue de la Gare tant par ses dimensions que par ses façades en pierre et ses vitraux caractéristiques de l’Art nouveau.

L'Hôtel du Parc

L'Hôtel du Parc

Bex

Le « Grand Hôtel des Bains » a ouvert ses portes le 1er mai 1824. Il abritait un centre thermal qui exploitait des sources d’eau sulfureuses découvertes en 1820 près de Bex.

La Chapelle anglaise

La Chapelle anglaise

Bex

Construite sur un terrain en bordure du Grand Hôtel des Bains, elle était destinée à assurer le culte anglican pour les nombreux touristes et curistes anglais de la station thermale.

L'Hôtel de l'Ours

L'Hôtel de l'Ours

Bex

Cette maison d’habitation du 17e siècle abrite, au 18e siècle, l’« Auberge de l’Ours », qui devient l’« Hôtel de l’Union » après l’indépendance vaudoise (1798). En 1867, des bains thermaux y sont installés. L’hôtel-restaurant était considéré comme l’une des meilleures tables du Pays de Vaud au 19e siècle. De nombreuses personnalités y ont séjourné : Jean-Jacques Rousseau, Alexandre Dumas, René de Châteaubriand (ainsi que sa maîtresse, Mme de Custines, qui y est morte) ou Victor Hugo. En 1911, le bâtiment a été transformé en droguerie et en logements.

Le Temple

Le Temple

Bex

La première église de Bex a été élevée en 1193. Dédié au service catholique jusqu’en 1527, le temple devient protestant à la Réforme.

La Maison de Commune

La Maison de Commune

Bex

Construite en 1812 par Jean François Fayod, un notable de la localité, cette maison est rachetée par la Commune de Bex en 1892. Elle sert les besoins de l’administration communale et accueille une geôle avant de devenir le Collège scientifique de la localité, de 1930 à 2008. Elle reprend à nouveau les services de l’administration après une grosse transformation en avril 2011. Son escalier en pierre de Saint-Triphon et sa charpente, bien mise en valeur, sont tout à fait remarquables.

La cure protestante

La cure protestante

Bex

D’origine médiévale, la cure actuelle résulte de plusieurs campagnes de reconstruction, notamment en 1584, suite à un violent tremblement de terre, en 1680, après un incendie et en 1805 ; une réfection complète menée par le jeune Canton de Vaud lui confère alors son apparence actuelle. L’édifice est inscrit à l’inventaire cantonal depuis 1986. Les volets à chevrons vert et blanc signalent le caractère officiel de l’édifice.

L'Hôtel de Ville

L'Hôtel de Ville

Bex

Prenez une consommation au café et profitez-en, jetez un œil à l’escalier central! L’Hôtel de ville est bâti en 1746-1749 selon les plans d’Isaac Gamaliel de Rovéréa, ingénieur et cartographe de Bex et d’Ollon. De nombreux Bellerins ont financé ou participé à la construction de l’Hôtel de ville, et ce projet ambitieux a endetté le villlage pour plusieurs années. Durant les 19e et 20e siècles, l’Hôtel de ville a fait l’objet de plusieurs transformations, réparations et redistributions intérieures. La dernière grande transformation globale date de 1977-1978, mais la partie café a été refaite en 2011. Son architecture se caractérise avant tout par la qualité de sa mise en œuvre, le jeu régulier de ses travées et l’utilisation du beau « marbre » noir de Saint-Triphon.

Le Grand Bazar

Le Grand Bazar

Bex

Dès 1870, le rez-de-chaussée de cette maison a abrité l’un des principaux commerces de la station thermale de Bex-les-Bains : le « Grand Bazar », qui est resté en activité jusqu’au début des années 1990. L’espace a connu ensuite diverses réaffectations commerciales. L’inscription « TOILERIE » qui court sur la façade principale témoigne de l’existence de ce grand magasin bellerin du 19e siècle.

La Place du Marché

La Place du Marché

Bex

La Place du marché conserve dans son nom le souvenir des foires et marchés de Bex, célèbres au 18e siècle: des marchands de la région, mais aussi de Bourgogne, du Piémont ou de Savoie, venaient y vendre et y acheter du bétail. Architecturalement, la Place n’a guère évolué entre le 18e siècle et aujourd’hui, comme on peut le voir sur les nombreuses gravures, peintures et cartes postales qui représentent ce lieu. Les côtés est, sud et ouest de la Place ont conservé en grande partie leurs maisons d’origine. Seul le jardin qui s’étendait du côté nord de la Place a été remplacé, en 1877, par le grand Bâtiment des Postes, qui abrite toujours le même établissement. L'aquarelle d'illustration s'intitule "La Place du marché, un jour de foire au 18e siècle" et est issue de la collection de l'Association du Mandement de Bex. Revue Historique du Mandement de Bex, VII, 1973-1974.

Le Monument Forneret

Le Monument Forneret

Bex

Ce monument a été érigé en hommage au commandant suisse Gabriel Forneret qui, durant la Révolution vaudoise de 1798, a commandé un bataillon chargé de repousser les troupes pro-bernoises et qui fut mortellement blessé dans un combat près du Col de la Croix (entre Villars et les Diablerets). Il mourut à Gryon le 6 mars 1798. Son corps fut inhumé le 7 mars 1798 sur la Place du marché de Bex, au pied de « l’arbre de la liberté » qui venait d’y être planté. 127 ans après sa mort, le 19 avril 1925, un monument fut élevé à sa mémoire par les autorités de Bex. Ce monument a été déplacé en 2020 au cimetière de Bex.

La Confiserie Vernet

La Confiserie Vernet

Bex

Les confiseurs Vernet, établis à Morges depuis 1820, ont ouvert une succursale à Bex, sur la Place du marché, vers 1900, attirés par la riche clientèle de la station thermale. La confiserie de Bex fut exploitée par plusieurs générations de Vernet, entre 1900 et 1991. Aujourd’hui, seule l’inscription sur la façade en garde le souvenir. La réputation de la maison Vernet reposait sur sa « religieuse », un gâteau à base de pâte feuilletée, de pâte d’amande et de blanc d’œuf meringué. La dynastie des confiseurs Vernet est désormais éteinte, mais les habitants de Bex et les touristes qui ont eu la chance d’y goûter ont succombé à la gourmandise, comme l’ancien Empereur d’Ethiopie, Haïlé Sélassié, qui a dégusté une part de « religieuse » le 28 juin 1968.

Le parc Ausset et son édicule

Le parc Ausset et son édicule

Bex

Le parking appelé « Parc Ausset » fut inauguré par les autorités communales de Bex en 1983. Il se nomme ainsi en mémoire de la famille Ausset, des protestants d’origine française établie à Vevey en 1724 et dont un fils s’installa à Bex en 1837 dans la maison de son épouse.

La Maison "Cretton"

La Maison "Cretton"

Bex

En 1877, seules deux boutiques s’élevaient à cet endroit. Peu avant 1910, un étage d’habitation a été ajouté à l’arrière des boutiques. L’architecture de l’édifice est particulière : la grande véranda arrondie (12 m. de longueur et 60 carreaux) et les nombreuses fenêtres sur les façades sud et ouest compensent l’absence complète d’ouvertures sur les façades nord et est (du côté de la ruelle de l’Echaud).

La Maison Tavelli et la cour des miracles

La Maison Tavelli et la cour des miracles

Bex

La plus ancienne maison bellerine, dite "Maison Tavelli", construite en 1563 selon la date inscrite sur l'escalier, a été incendiée en mai 1859. Elle a été reconstruite l'année suivante. Le rez-de-chaussée et le 1er étage ont été légués à Henri et Marie-Julie Roux en 1877. Depuis 1950, la famille Roux a racheté tout l'immeuble et l'occupe de génération en génération. Derrière la « Maison Tavelli », se trouve une place appelée la « cour des miracles ». On ignore quand et pourquoi ce quartier a reçu ce nom, mais on raconte que des religieuses y délivraient des repas aux pauvres.

L'Eglise Catholique

L'Eglise Catholique

Bex

Elle offrait un nouveau lieu de culte à la communauté catholique de Bex qui en avait été privé depuis que l’église St-Clément avait été consacrée au culte protestant, en 1528. Elle est transformée entre 1937 et 1949 par l’architecte Italo Ferrari ; le peintre Paul Monnier réalise l’ensemble des vitraux de l’église qui relatent les Sept sacrements du Christ. Entre 1948 et 1952, le théologien catholique suisse Maurice Zundel a occupé une pièce aménagée dans le clocher.

La Pension de Crochet - EVAM

La Pension de Crochet - EVAM

Bex

Cette ferme du 18e siècle est, depuis plus de 200 ans, un lieu d’accueil. Elle offre d’abord des chambres d’hôtes, vers 1840, puis elle s’agrandit et devient la « Pension de Crochet », un établissement hôtelier actif et renommé jusqu’en 1914. Pendant et après la Première Guerre mondiale, le bâtiment reçoit des internés de guerre. Depuis 1925 et pendant près de 50 ans, il abrite l’« Institut Ascher », un internat pour jeunes gens juifs. En 1982, il est loué à la Croix-Rouge suisse, puis à la Fondation vaudoise pour l’accueil des requérants d’asile (FAREAS). Enfin, le Canton de Vaud l’achète en 1996 et en confie la gestion à l’EVAM (Etablissement vaudois d’accueil des migrants). Depuis cette date, des centaines de migrants y ont séjourné.

La Fontaine de l'Allex et son couvert

La Fontaine de l'Allex et son couvert

Bex

Cette fontaine à bassin unique de belles dimensions (4.60 m/1.35m) est protégée par un magnifique couvert de bois de 1908-1909, élevé sur les plans de l'architecte E. Borel dans un style apparenté "sapin", très en vogue à l'époque. La construction a été réalisée par Edouard Cherix Schleicher. Le bassin actuel est en gneiss et date de 1870. Il remplace une construction antérieure (1808). La chèvre est en « marbre » noir de Saint-Triphon. Plusieurs accidents au cours des ans (1929, 1979, 1994) endommagent bassin et couvert qui seront restaurés à plusieurs reprises.

Le Château Feuillet

Le Château Feuillet

Bex

Cette belle maison de maître au cœur du village a été classée par la Section monuments et sites du canton de Vaud en 1988 (façades, cadrans solaires, fontaine et parc). Elle était autrefois entourée d'un parc plus important, qui englobait le terrain où a été construit notamment la chapelle Nagelin. La première construction remonte probablement au 16e siècle. Des travaux effectués en 1786 lui ont donné son apparence actuelle.